dimanche 20 juillet 2008

SMC Pentax-M 50mm f:1.4

J'avais parlé la semaine passée d'objectifs achetés, puis revendus ; celui-ci, je ne m'en sépare pas. C'est ce que j'ai de mieux, tout simplement.

  • Type : objectif manuel à focale fixe
  • Constructeur : Pentax
  • Modèle : SMC Pentax-M 50mm f:1.4
  • Date d'achat : 5 septembre 2007
  • Porte-filtre : 49mm
  • Diaphragme : f/1.4 à 22, huit lames
  • Mise au point : 45cm à l'infini

Tous comptes, faits, la série des objectifs Pentax-M est ma préférée. Ce sont des objectifs entièrement manuels (ni auto-focus, ni pilotage du diaphragme par le boîtier) particulièrement robustes et compacts - ce qui les distinguent de la série précédentes (dits « Pentax-K », première série d'objectifs Pentax à baïonnette), c'est précisément leur taille et leur poids réduit, à qualité optique égale. Du coup, une bonne partie de ces objectifs (de 28 à 135mm inclus) ont le même diamètre de porte-filtre à l'avant de l'objectif, 49mm, ce qui est ma fois commode.

Quand on donne les références d'un objectifs, on donne deux grandeurs : la logueur focale, qui, en fonction de la taille du capteur (pellicule ou composant), donne le grossissement ; et l'ouverture maximale de la l'objectif, qui indique la quantité maximale de lumière que l'on peut capter, diaphragme grand ouvert. Une très grande ouverture maximale suppose une qualité optique supérieure - après tout, avec une ouverture de trou d'épingle on peut faire de bonnes photos sans utiliser d'objectifs du tout. Bref, plus un objectif peut ouvrir grand, meilleurs il est - et plus cher, bien entendu.

La quantité de lumière qui atteint le capteur dépend de l'ouverture ; elle dépend aussi de la focale. Pour permettre des comparaisons entre les valeurs de diaphragmes d'une optique à l'autre, on exprime ces valeurs non en cm ou en cm2 mais en fraction de la longueur focale : f/4, f/16, f/5.6... De cette manière, la quantité de lumière qui atteint le capteur à un diaphragme donné (disons, f:5.6) est la même quelle que soit le type d'objectif utilisé, grand angle ou téléobjectif. Et le temps d'exposition qui en découlera sera aussi le même. Corrolaire : comme il s'agit de fractions, plus l'ouverture est grande, plus la valeur est petite. un objectif à ouverture maximale de f:2.8 ouvre donc plus qu'un objectif à f:3.5.

D'où l'intérêt du Pentax f:1.4 : il permet de faire des photos même par luminosité faible. Et, comme qui peut le plus peut le moins, il a, à des diaphragmes plus réduits, une finesse d'image bien plus grande que ses petit camarades qui seraient là à bout de course. Bre : l'objectif idéal, ou pas loin.

8 commentaires:

alf a dit…

Bonjour,

je possede cet objectif que je trouve vraiment bien. Cependant, bien que j arrive a faire de tres belle photos, j'ai quand même du mal a bien l utiliser, en terme de profondeur de champ.
Je n arrive pas a la doser, même en mettant manuellement la bague sur f/8 ou plus. Et je ne parle meme pas de l'hyperfocale. Y a til des astuces ou des trucs que vous pourriez me donner, avec votre experience sur cet objectif.

Le Plume a dit…

Bonjour,

Avec un 50mm, l'utilisation de l'hyper-focale est un peu délicate... Il faut être à f:16 ou f:22 pour que la orfondeur de champ permette quelque chose de cet ordre (2,5 à l'infini à f:16, 1,75m à l'infini à f:22) - mais ce ne sont là que des profondeurs de champ théorique; en fait, la très bonne résolution de cet objectif rend ces chiffres un peu trop optimistes.

Comme toujours, la question est de savoir ce que l'on veut faire. Si le but est de jouer sur les effets de profondeur de champ, il vaut mieux être entre f:1.4 et f:5.6; à partir de 8, pour un sujet à 2 ou 3m, les arrières-plans ne seront pas aussi efffacés par le bokeh qu'on pourrait le souhaiter.

Avec quel type de boitier utilisez-vous l'objectif?

alf a dit…

Bonjour,
désolé, de répondre aussi tard, j avoue que je ne suis pas revenu voir la réponse, que je ne découvre que maintenant!
Merci pour ces précisions.
Je l'utilise avec un K10d, en mode Av. Mais j'avoue que j ai du mal a l utiliser, je voudrais simplement pouvoir limiter la profondeur de champ qui est parfois trop faible.
Depuis peu je viens de faire l'acquisition d'un DA* 50-135 2.8 SDM (occaz très recente à 591 €), qui est assez impressionnant, mais je n ai pas encore ue le temps del es comparer à 50 mm. je me demande cependant si ca vaut le coup de garder mon objectif manuel, qu en pensez-vous?

Le Plume a dit…

Je n'ai pas de DSLR Pentax (il faudrait que je crée un machin paypal pour les donations des lecteurs ;-)), donc je ne peux que faire des hypothèses... Si j'ai bien compris, le K10D a un réglage spécial à activer pour pouvoir utiliser les objectifs de série K et M, qui n'ont pas de réglage de l'ouverture par le boitier.

Une fois ce réglage fait, vous utiliserez le bouton vert pour faire la mesure de lumière; celui-ci referme le diaphragme le temps de faire la mesure, puisque ces boitiers, contrairement aux boîtiers Pentax argentiques, n'ont pas moyen de "lire" mécaniquement la valeur de diaphragme réglée sur l'objectif. Faute d'utiliser ce réglage, il n'est pas impossible que vous utilisiez l'objectif à son ouverture maximale en permanence.

A mon avis: gardez-le; après l'avoir apprivoisé, il vous sera utile par exemple pour faire du portrait en intérieur, même par lumière faible. Et il est tellement peu encombrant par rapport à un zoom comme celui que vous avez acheté...

congoisbig a dit…

MERCI !!... pour l'avant dernier paragraphe : aussi basique que cela puisse paraître, je n'avais jamais compris cette relation (ni même à chercher à comprendre d'où venaient ces valeurs d'ouverture).

Anonyme a dit…

Bonjour,
Merci pour les explications techniques, utiles au néophyte que je suis.
Juste, pour être sûr de bien comprendre : un diaphragme réglé à f/8 laisse t-il passer autant de lumière sur un objectif grand-angle et sur un téléobjectif ?
Puisque la valeur d'ouverture se définit comme une fraction de la focale, comment l'ouverture peut-elle être identique sur des objectifs de longueur focale différente ?
Merci de votre réponse.
Et merci pour vos blogs, dont la lecture est un réconfort.

Le Plume a dit…

justement: en se ramenant aux f/quelque chose, on obtient une valeur qui est pertinente quelle que soit la focale. Pour une lumière, une vitesse et ne sensibilité donnée, si f/8 est la bonne ouverture à 28mm, c'est aussi la bonne ouverture à 200mm.

Par contre, f/8 ne correspond pas au même diamètre physique d'ouverture du diaphragme aux différentes focales: plus la focale est longue, plus l'ouverture doit être large pour obtenir une exposition égale. Logique, finalement: focale plus longue=cône d'entrée de la lumière plus étroit=moins de lumière. Tout l'intérêt des valeurs f: est précisément de rendre cette dépendance transparente pour le photographe.

Anonyme a dit…

Merci ; effectivement, j'avais tendance à envisager le réglage de diaphragme comme celui d'un diamètre d'ouverture, et non à l'envisager comme un paramètre relatif à la focale déterminant une quantité de lumière constante ; probablement parce que je n'employais jusqu'à présent qu'un zoom, n'imaginant pas que le diaphragme pouvait être ouvert à des diamètres différents pour un même réglage selon la focale choisie (d'ailleurs, je me demande comment cela fonctionne).
Cela devrait s'améliorer rapidement, vous m'avez convaincu du bénéfice à recourir aux focales fixes, et j'attends de pied ferme un SMC M 50mm f:1.7 commandé hier ; j'espère en faire bon usage.
Bien cordialement.